agrandir le texte diminuer le texte

Accès direct au contenu

Madame de Villedieu (IHRIM - UMR 5317) Portails : www - étudiants - personnels Madame de Villedieu (IHRIM - UMR 5317)

Vous êtes ici : Accueil > Ressources > Paratexte (textes liminaires et privilèges) > Alcidamie (1661) : Avis au Lecteur / Privilège

Alcidamie (1661) : Avis au Lecteur / Privilège

 


Alcidamie, Paris, Claude Barbin ou Charles de Sercy, 1661 (Ars. 8° BL 20484-1)

AVIS AU LECTEUR.

C'est à vous que je m'adresse, Amis, et comme c'est votre approbation qui donne ou qui ôte du prix aux choses, je crois qu'il est plus à propos de vous la demander que de briguer le favorable regard de quelque personne de qualité à qui j'aurais pris la liberté d'offrir mon livre. Entre nous autres personnes de peu d'expérience, la haute réputation et les grandes pensions sont des biens à quoi nous ne devons pas élever nos souhaits, et le désir de la gloire étant le seul avantage que je puis raisonnablement attendre de mon travail, c'est à vous seuls à qui je dois faire ma cour. Je ne doute point que cette maxime ne paraisse toute nouvelle puisque le désir de s'acquérir un protecteur illustre fait le motif de la plus grande partie des auteurs du siècle. Mais, lecteurs, les exemples publics ne m'ont jamais paru des autorités valables et je m'imagine au contraire que la nouveauté ayant un charme particulier qui donne de l'éclat aux choses les plus médiocres, la manière dont j'en use préoccupera favorablement les esprits à mon avantage. Si ce raisonnement est juste ou non, je n'en sais rien ; je n'en ai demandé avis à personne et la peur d'importuner mes amis a toujours si fort occupé mon esprit que le malheur de mettre un méchant livre au jour ne m'a pas semblé si grand que celui de donner la peine à quelque habile homme de le rendre meilleur. Recevez-le donc tel qu'il est, s'il vous plaît, amis lecteurs, et songez que je suis dans un âge qui doit rendre les fautes excusables, et que quand l'expérience et vos charitables conseils m'auront rendue plus savante, je vous offrirai un ouvrage plus achevé avec le même zèle qui me porte à vous donner celui-ci, puisque je suis, de tous ceux qui auront quelque bonté pour moi, la très humble, très obéissante...

(Micheline Cuénin, Roman et société sous Louis XIV : Madame de Villedieu (Marie-Catherine Desjardins 1640-1683), Paris, Champion, 1979, vol. I, p. 112).
 

*****

Privilege du Roy.

 Louis Par la grace de Dieu, Roy de France, & de Navare. A nos amez & feaux Conseillers, les gens tenans nos Cours de Parlement, Baillifs & Senechaux, Prevosts, ou leurs Lieutenants, & à tous autres nos Justiciers & Officiers qu’il appartiendra : SALUT, Notre Amé CLAUDE BARBIN, Marchand Libraire en notre bonne Ville de Paris, nous a fait remontrer que Mademoiselle DESIARDINS lui avait mis entre les mains le Romant d’Alcidamie, qu’il desirerait faire imprimer & mettre au jour s’il nous plaisait lui accorder nos lettres, sur ce nécessaires. A ces causes ne voulant priver le Public de cet ouvrage : Nous avons permis & permettons audit Barbin, d’imprimer ladite Alcidamie, & iceluy vendre & debiter en tels volumes & caractères & en tant de vol. que bon luy semblera, pendant le temps & espace de sept années, à commencer du jour que ledit livre aura été achevé d’imprimer, faisant deffences à toutes personnes de quelque qualité, ou condition qu’ils soient de faire imprimer, vendre ou debiter ledit livre, à peine de trois mil livres d’amende, & de tous dépens, dommages & intérêts, & confiscation des exemplaires contrefaits, à la charge d’en mettre deux exemplaires en notre Bibliothèque publique, une en celle de notre très cher & feal Chevalier le sieur Seguier Chancelier de France, avant que de l’exposer en vente : Si vous mandons que des presentes vous ayez à faire jouir ledit exposant pleinement & paisiblement, contraignant tous ceux qu’il appartiendra par toutes voies, dues & raisonnables : car tel est notre plaisir. Donné à Paris le dix neuvième jour de Septembre mil six cens soixante : Et de notre Regne le dix-septième.

 Par le Roy en son Conseil.

 LE MARESCHAL.

 Enregistré sur le livre de la Communauté, suivant l’Arrêt du huitième Avril. 1653.

 Ledit Barbin à (sic) associé audit Privilège Charles de Sercy, aussi Marchand Libraire à Paris, pour en jouir suivant l’accord fait entr’eux.

 Les Exemplaires ont été fournis.

Achevé d'imprimer pour la première fois le spetième Janvier 1661.

Site Madame de Villedieu
Copyright © GRAC/VILLEDIEU 2007

 


mise à jour le 23 février 2014


Site Madame de Villedieu :

Dans la même rubrique

Université Lumière Lyon 2