agrandir le texte diminuer le texte

Accès direct au contenu

Madame de Villedieu (IHRIM - UMR 5317) Portails : www - étudiants - personnels Madame de Villedieu (IHRIM - UMR 5317)

Vous êtes ici : Accueil > Ressources > Paratexte (textes liminaires et privilèges) > Manlius Torquatus (1662) : À Mademoiselle / Privilège

Manlius Torquatus (1662) : À Mademoiselle / Privilège

 

 

Manlius Torquatus. Tragi-comédie. Par Mademoiselle Des Jardins, Paris, Claude Barbin ou Gabriel Quinet ou Guillaume de Luyne, 1662 :

 

À MADEMOISELLE.

MADEMOISELLE,

Les hommages que votre ALTESSE ROYALE reçoit tous les jours, me défendent presque d'espérer, que mes respects ne puissent trouver place parmi la foule des illustres adorateurs de votre vertu : je crains avec raison, ce me semble, d'être étouffée dans cette glorieuse presse. Mais il faut oser quelque chose pour s'acquitter de son devoir, et toutes les augustes qualités de votre personne royale, ont fait une si douce violence à notre jeune Manlius, que, sans considérer ses défauts, il vient audacieusement se jetter aux pieds de la plus merveilleuse princesse qui soit aujourd'hui dans le monde. En vain je lui ai représenté qu'en ces rencontres, il faut pour le moins être conduit par ces grands auteurs que leur mérite a rendus les rois du theatre ; que dans une si haute entreprise les applaudissements vulgaires sont un faible appui, et que les lumières de votre ALTESSE ROYALE ne trouvent rien qu'elles ne pénètrent.
 

Il dit que par tout l'univers
On sait que Manlius était un téméraire
Qu'il eût toujours ce caractère,
Et dans l'histoire, et dans mes vers,
Et que, dût-il servir mille fois de victime
A l'austère sévérité
Il veut faire avouer à la postérité,
Que souvent ce n'est pas un crime
Qu'une heureuse témérité.


C'est, MADEMOISELLE, dans cette pensée qu'il a eu l'audace d'abuser de votre bonté en dérobant à votre ALTESSE ROYALE quelques heures de son loisir, et c'est par ce même mouvement qu'il ose aujourd'hui vous demander l'honneur de votre protection. S'il est si heureux que de l'obtenir, elle lui donnera une vie dans les siècles à venir, beaucoup plus illustre, que la vie que je lui ai donné dans ce poème. Tel a blâmé mon indulgence, qui la trouvera digne d'une louange immortelle, quand il saura que ce héros devait un jour être avoué de votre ALTESSE ROYALE. Après cela n'est-il pas vrai de dire, qu'il y a des témérités si heureuses qu'elles ne sont jamais criminelles ? et ne dois-je pas espérer, que sur un exemple si fameux, il me sera permis de dire,

MADEMOISELLE,

De Votre Altesse,

La très humble, très obéissante,
et très soumise servante
DES JARDINS.

*****
Extrait du Privilege du
Roy.

PAr grace & privilege du Roy, donné à Paris le 28. Septembre 1662. signé GUYTONNEAU. Il est permis à Claude Barbin, Marchand Libraire à Paris, de faire imprimer une piece de Theatre intitulée Manlius Torquatus, pendant l'espace de sept années, & deffences sont faites à tous autres de l'imprimer, sur peine de deux mille livres d'amende, & de tous dépens dommages & interests, comme il est porté plus amplement par ledites Lettres.

Et ledit Barbin a fait part du present Privilege à Gabriel Quinet, & Gabriel Quinet, à Guillaume de Luyne, pour en jouyr, suivant l'accord fait entr'eux.


Site Madame de Villedieu
Copyright © GRAC/VILLEDIEU 2007


 


mise à jour le 23 février 2014


Site Madame de Villedieu :

Dans la même rubrique

Université Lumière Lyon 2